Gilles

VAUTIER

Rechercher

Comment Saint Uber met du beurre dans ses épinards !

Je n’utilise pas régulièrement Uber mais je reconnais que c’est un service pratique, fiable et, pour l’instant assez économique. Voilà pourquoi j’ai choisi de prendre un véhicule Uber pour que ma maman et ma nièce puissent rentrer chez elles… Si je suis toujours client Uber, je suis aujourd’hui très sceptique sur l’honnêteté des chauffeurs… Donc, de la société…Mais que je résume l’histoire… Nous avons fêté l’anniversaire de ma mère à la maison. Plutôt que de s’inquiéter sur les horaires des derniers trains, celle-ci avait décidé d’appeler un Uber à la fin du repas.

Quelques heures après, je passe par l’application de mon téléphone pour commander une voiture. Ma mère, ma nièce et son Jules rentrent ensemble mais, évidemment, ne vont pas aux mêmes endroits. Le chauffeur, monsieur N. – pas de noms dans ce blog quand les choses peuvent vexer – arrive. Il est aimable.

Sans plus.

Je lui demande s’il peut poser d’abord ma nièce, ce qui représente un léger détour, et ensuite, ramener ma mère. Il me répond tout de suite : “-Pas de problèmes.” Avant de me demander où se trouve la porte d’Ivry – lieu où demeurent ma nièce et son copain. Je suis surpris, comme vous, j’imagine, de constater qu’un chauffeur ne sait pas où se trouve la porte d’Ivry. La troupe embarque dans la voiture. Derniers clins d’oeil et adieux de la main.

Partant du principe qu’un dessin vaut mieux que mille mots, voici ce que le chauffeur m’a promis de faire.

Uber

Vous constaterez que la course est longue : la voiture part de Chelles et va jusque dans le centre de Paris. Le détour n’est pas formidable. Si on m’objecte que ce n’est pas vraiment autorisé, je répondrai que ce n’est pas vraiment interdit. Je l’ai déjà demandé et les chauffeurs, soucieux de faire plaisir, m’ont toujours accordé ce souhait. Je rappelle également que le conducteur Uber m’avait assuré de pouvoir faire le détour.

Pourtant, environ une heure après, ma nièce m’appelle et me dit qu’ils sont à Paris et qu’il faut commander une course. WTF ?

Voici le chemin emprunté par le chauffeur :

Uber 2

Au lieu de faire le détour, il est allé jusqu’à Paris. L’homme n’a pas respecté mes demandes. Au contraire, il nous a forcé à commander une deuxième course. Je suis au pied du mur, je n’ai pas d’autre choix que de me plier à cet ordre. Ma nièce m’enverra ce texto :

Il est 2h54 du matin, c’est écrit.

Comme on peut s’en douter, je n’ai pas du tout apprécié cette méthode. J’écris donc ce gentil message au service client dans la foulée.

Je ne m’attends pas à une réponse immédiate. J’avais tort. Le service clients Uber est ouvert 24/24. SFR devrait s’en inspirer… La réponse arrive.

Bon, moi, quand on me demande poliment, je réponds… Mais je le fais le lendemain matin. Il y a tout de même un temps pour tout.

Je pense avoir été clair sur ce coup-là. Je pars faire ce que j’ai à faire. Plus tard, un message m’attend.

Pourquoi j’ai la nette sensation que Brahim n’a pas lu mon message ? Il me pose des questions dont la réponse est déjà écrite… Je reprend ma plus belle plume…

Mes doigts fatiguent. Je fais des fautes de frappe. Je valide quand même. J’envoie le message.

C’est à ce moment que je fronce les sourcils. Brahim est moqueur, il se fout de ma gueule. Je ne vois pas les choses autrement. Je respire un grand coup et répond.

Je sais, je sais. Le chantage n’est pas très joli. Pour reprendre une phrase d’un camarade d’une autre vie, le chantage est déplorable de par son efficacité. La réponse arrive très rapidement. Je ne peux malheureusement la publier en entier. Elle est très longue.

Victoire ! Uber reconnaît son erreur.

Il a fallu exercer une pression pour que la société – dont l’image est loin d’être bonne – accède à ma requête. Mais tout de même, c’est le chauffeur qui m’escroque. Il refuse de faire un léger détour pour gagner deux courses. L’homme a ses raisons que la mienne ignore. Il n’a pas respecté ma demande. Ce n’est pas fair-play.

Je tenais à remercier les 8000 abonnés de mon blog. C’est grâce à vous que j’ai eu gain de cause. Je pense maintenant aux autres clients d’Uber qui n’ont pas la chance, comme moi, d’avoir un blog. En cas de pépin, il ne leur restera plus qu’à prendre un… taxi.

I love you. All of you. And Lulu.

#Escroquerie #Facilité #Famille #Uber

0 vue0 commentaire

Posts récents

Voir tout