Il y a d'abord la folie touristique.

Et puis, quand le corps est fatigué de marcher,

Quand les yeux sont las d'admirer...

La Dolce Vita vous attrape.

Carnet de Rome

© 2017